« Les enfants de Birmanie » et Bagan

On a repris la route pour Yenangyaung (un village perdu au bord de l’Irrawaddy) : 6h dans un minibus sans clim, trop facile ! Et ils roulent vraiment paisiblement (comparé aux fous du volant d’autres pays asiatiques…) et c’est pas forcément + mal… D’autant que sur la portion, nous croiserons de multiples chars à bœuf le long de la route…

 

Yaël a fait 3 siestes, Maëlys a fait ses devoirs ou dessiné…Pour l’instant, elles ne râlent pas.…????

 

On était en contact avec une association française « les enfants de Birmanie » (http://www.enfants-de-birmanie.org depuis environ 6 mois. Elle aide Eric Trutwein, un birman qui tente de promouvoir l’éducation d’orphelins et enfants pauvres du village (et même de promouvoir l’éducation tout court vu le niveau de l’enseignement ici…). Il n’aurait pas eu le droit de créer d’orphelinat; du coup, il a fait une école privée il y a environ 4 ans. Il semblerait qu’il ait gagné beaucoup d’argent dans la vente de terrains (les prix de certains terrains ici dépassent complètement l’entendement…) et financerait cette école de 150 élèves. Des bus scolaires récupèrent donc les enfants dans le village et il espère d’ici peu avoir d’autres enfants dont les parents auraient un peu les moyens de payer la scolarité, non pas par besoin, mais + dans l’idée d’une mixité sociale..course

En Birmanie, vraiment très peu de gens parlent anglais. Lui, qui doit avoir la soixantaine, parle très bien. Il nous a expliqué qu’il est allé dans une école de missionnaires mais que le gouvernement a supprimé tout cours d’anglais pendant près de 40 ans. Seulement depuis quelques années, il l’autorise mais ne le pratique pas dans les écoles publiques.

La « déception » : Un dispensaire a été créé depuis le mois d’aout et j’avais (rachel) proposé mon aide. Tout en sachant qu’on ne resterait pas plus de 10j. Difficile de beaucoup s’impliquer mais si je pouvais faire quoique ce soit, c’était avec plaisir. En fait, le dispensaire est un bâtiment construit dans la cour de l’école.dispensaire

Faute d’une mauvaise communication, notre séjour a coïncidé avec une semaine de vacances scolaires, où l’école et le dispensaire allaient fermer.

Du coup, on n’a pu aller à l’école que 2 jours.  Mais 2 jours où les filles ont vraiment bien joué avec les autres enfants et pu participer un peu à la vie de l’école. De chouettes moments, plein de rires ! Les filles ont donné aux maîtresses un gros sac de leurs jouets (ainsi que les perles et barrettes d’Alex et Aurélie !), qui seront distribués pour des anniversaires ou des récompenses.

Je n’ai eu que 2 malades (rien de bien grave). En fait, le dispensaire est réservé à l’école, il n’y a donc pas de personnel permanent. Est arrivée en même temps que nous, Valérie, une franco suisse, infirmière qui est là pour un mois.

Pendant qu’on essayait de voir un peu  quoi faire (de la prévention surtout), et comment faire fonctionner ce dispensaire, Tev a fait l’animateur et les filles se sont fait plein de copines ! Beaucoup de jeux dans la cour, pas toujours simple d’expliquer les règles avec peu de mots… Et sous cette chaleur humide les parties d’épervier ou de passe à 10  font transpirer +++

Les enfants hyper attachants appelait Téva « teacher » ^^.

Bref de superbes moments, pleins de vie,  et de sourires…

La bonne surprise : On était logés dans la guesthouse d’Eric. Du coup, on ne s’était pas posé de question sur le logement. En fait, c’est un petit coin de paradis (où on a délicieusement bien mangé; ça changeait des « fried rice ou fried noodles »), en haut d’une colline, au bout du village…et avec une piscine (Lei Thar Gone Guest house)!

panorama-de-la-guesthouse

Bref, on a adoré même si on a été déçus de ne pas pouvoir plus aider…Et finalement, on n’est restés que 5 jours…

Mais on a eu bien le temps de se promener dans la campagne environnante, en dessous de la guesthouse. On a rencontré des familles qui nous ont invités chez elles, qui avaient l’air contentes de nous montrer leur maison (le puit, la « cuisine » avec les cochons, la pièce où ils dorment tous ensemble…).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une gentillesse et une générosité extraordinaire! Forcément la communication n’était pas simple, on a beaucoup utilisé les gestes et on a testé google trad (« pas fabuleux »). Une femme nous a refait nos masques de beauté, ils nous ont donné des fruits, du thé, un éventail…Ils n’ont rien ou presque mais donneraient tout !!! Pendant la mousson, toute leur maison est recouverte d’eau, ils sont obligés de « migrer » et dormir dans les monastères. Autant dire que quand l’eau redescend, ils doivent enlever toute la boue et restent pas mal de déchets…(difficile à comprendre pour les filles qu’ils n’utilisent pas de poubelle et jettent tout par terre, quitte à vivre au milieu des déchets…il n’y a pas de ramassage de poubelle).

On n’avait pas grand-chose à offrir en échange (à part 2 stylos), Tev a donc fait un peu de jonglage, ce qui a bien amusé les enfants et les grands.

Un échange simple et très émouvant!

Il y a beaucoup de festivals tout au long de l’année, et là, c’était le festival des lumières. Rien à voir avec la vierge Marie de Lyon mais même principe, plein de bougies partout ! (et plein de musique, pétards et feux d’artifice !)

C’est avec beaucoup d’émotion qu’on a quitté Eric, sa famille et le village, qui nous ont donné une grande leçon de vie et de générosité.

On a rejoint Bagan, une cité antique, vieille de 2000 ans avec plus de 4000 temples et pagodes, pour 2 jours de balade en e-bike (comprenez scooter électrique): juste magnifique! Mais si on avait un peu oublié qu’on n’était pas les seuls touristes en Birmanie, Bagan nous l’a rappelé…????

bagan

 

 

 

bagan-2