Le sud Lipez et le salar d’Uyuni

 

le salar (4)

Le passage de la frontière a certainement été un des plus rapides qu’on ait fait. Ils ont bien sûr pris le temps de vérifier nos passeports verts sans tampon d’entrée???? …

frontière bolivio argentine

Même si le nord de l’Argentine nous avait donné un avant-goût de la Bolivie, le passage du pont nous a plongé direct dans les albums de tintin avec les femmes aux longues tresses sous leurs chapeaux melons, leurs jupons, leurs chaussures à talon et leurs gros baluchons colorés :

On a pris direct un minibus pour Tupiza (1h, facile !), où on a fait le tour des agences pour organiser un circuit de 4 jours et 3 nuits dans le sud Lipez et le salar d’ Uyuni.

IMG_20170624_094704-3120x2340.jpg

Uyuni

On a entendu et lu plusieurs fois qu’il valait mieux faire le circuit au départ de Tupiza. Et on en est vraiment convaincus : Tupiza est vraiment plus sympa qu’Uyuni (encore tout en construction, avec seulement quelques rues pavées), il y a à priori 5 fois moins d’agences qu’à Uyuni, et en plus d’être à contre sens de la plupart des 4*4, on a pu voir des sites qu’on n’avait pas vu la 1ère fois (on s’était arrêtés à la frontière du Chili), tout en finissant par le top, le salar d’Uyuni !

On est partis avec Alexandro Adventure Travel, qu’on recommande vraiment chaudement : on a été chouchoutés par Morellia notre jolie cuisinière et Palermo notre super guide chauffeur. Et comme compagnons de route, on a eu 2 grandes filles d’adoption, Elisa et Charlotte, 2 étudiantes françaises très chouettes et très  «stylées» :-).

Au programme : 4 jours de piste dans des décors variés et époustouflants, entre 3500 et 5000m.

Au départ de Tupiza (déjà à plus de 3000m), on est tout de suite montés en altitude :

depart de Tupiza (2)

L’altitude n’a pas toujours été facile à supporter : le mal des montagnes n’était pas loin avec mal de tête, insomnie, intestins dilatés ????, et alors qu’on avait 15 degrés la journée, les températures tombaient à – 10 la nuit. En fait, on avait surtout froid le soir au repas et le matin au lever. Dans les lits, même s’il n’y avait pas de chauffage, on était bien couverts et on n’a pas eu froid (on avait loué des sacs de couchage et dans les hébergements aussi sommaires soient ils, il y avait draps et couvertures).

Notre chauffeur a «tourné» à la coca toute la journée : c’est des feuilles de coca qu’ils mâchent; c’est légal ici et forcément en plus de limiter le mal des montagnes, c’est un bon stimulant.

coca

Le sud Lipez est tout au sud ouest de la Bolivie, sur l’altiplano le long de la frontière chilienne. Le climat y est beau et très sec et tout le long les paysages sont grandioses avec des sommets à plus de 5000m autour de nous, partout parcourus par des centaines de lamas :

Il y a eu une tempête de neige environ 3 semaines avant notre arrivée, ce qui a donné encore une autre dimensions aux routes (nous obligeant parfois à passer sur les collines en dehors de la route) et nous a empêché de voir les geysers.

On a marché et mangé le 1er jour sur un site complètement inédit : des formations sableuses aux formes incroyables.

5 merveilles de sable (5)

Le 2e jour a été consacré au parc national Eduardo Avaroa; on y a vu des lagunes de toutes les couleurs : bleue, blanche, verte, rouge, noire…

lagune blache

laguna blanca

lagune bleue

laguna azul

Des salines :

salines

Des sources d’eau chaude, où on a eu du mal à se déshabiller; mais après on a bien apprécié les 35 degrés !

Le désert de Salvador Dali qui tiendrait son nom du fait de sa ressemblance avec les peintures surréalistes du peintre :

vigognes (2)

Le 3e jour, on a vu pleins de formations rocheuses poupres/ ocres sculptées par le vent et la pluie aux formes incroyables laissant notre imagination découvrir toute sorte de choses.

Des canyons au milieu de rien :

1090325-1704x1278

Et le soir, après nous être installés dans notre hôtel entièrement construit en sel, Palermo nous a fait la surprise de nous emmener au coucher de soleil sur le salar d’Uyuni !

Ce désert de sel de 12000 km2 est le plus grand au monde, une infinie blanche irréelle et ultra photogénique. Autant dire qu’on s’est bien amusés dans cet endroit juste MAGIQUE.

Enfin, le dernier jour, ca a piqué quand il a fallu se lever à 5h du matin sous un froid glacial, mais qu’est ce qu’on a aimé attendre le lever de soleil sur l’île aux cactus au milieu du salar. Encore un truc de fou !

Après avoir passé la matinée dans le salar à s’amuser :

le salar (5)

On a fini cette petite aventure par le cimetière des trains, un étrange site à côté d’Uyuni qui permet à certains de s’exprimer ????

Le Dakar est passé par ici en 2015 et 2016 et a laissé quelques traces :

Ca a été de longues heures de 4*4, un peu fatigantes mais c’était fou, et tellement stylé comme diraient nos «2 grandes filles», Elisa et Charlotte.