Panama-Costa Rica

IMG_20170709_143754-1539x1155

Volcan Arenal

On avait réussi à avancer notre vol pour le Panama pour se laisser 5 jours supplémentaires pour refaire nos passeports biométriques. Mais forcément, la contrepartie, c’est que le vol était à 2h18 du matin (pour arriver 6h plus tard) ! Ils sont matinaux les boliviens, et précis en plus ! Heureusement, les filles suivent comme de vraies routardes, sans râler.

Du coup, on n’a pas eu le temps de visiter le Panama (ni d’y placer nos quelques euros qui nous restent :-)), il a fallu qu’on file à San José, au consulat.

IMG_20170709_143447-1620x1127

Le passage de douane à Panama a encore été épique : outre la curiosité que nos passeports provisoires provoquent, ils n’étaient pas «contents» qu’on n’ait pas de billet de sortie du Panama (on avait prévu d’acheter nos billets de bus en arrivant ici, ne sachant pas si on prendrait un bus de nuit ou pas pour rejoindre San José, selon les horaires). A priori, on n’a le droit d’entrer au Panama que pour des raisons économiques, professionnelles ou si on a un billet de sortie. On a eu beau leur montrer nos billets de sortie du Costa Rica ou retour pour la France, ils ne voulaient rien entendre. Ils nous ont même menacé de nous renvoyer en Bolivie ! Et à force de discussion avec différents chefs (1h30 qd même), ils ont bien voulu nous laisser entrer😏…

1090797-1704x1278

«comment ca, vous n’avez pas de billet pour sortir du Panama ?»

Du coup, avec le temps perdu, on n’est même pas allés voir les écluses du canal de Panama. On est juste passés par dessus en bus, tout au bout du canal, côté pacific (bon, en gros y’a de gros paquebots qui passent avec plein de conteners !).

Le peu qu’on a vu de Panama city, est comme attendu : des buildings d’une quarantaine d’années, et de plus récents en verre qui rivalisent en terme de créativité architecturale. Tout est en $ et quand on retire au distributeur, on ne peut avoir que des $ !!!! Soit disant que dans ce petit paradis fiscal, les billets en monnaie locale n’existent pas, ils n’ont que des pièces… Et leur monnaie (le Balboa) est indexé à 1=1 sur le dollar.

IMG_20170709_143402-1340x1146

Et quitte à avoir une journée galère, maëlys s’est mise à avoir 39 de fièvre et a vomit au milieu du bus…

On s’était bien reposés la dernière semaine en Bolivie et bien, après une courte nuit dans l’avion, 4 bus et 15h de route en 2j (on n’a finalement pas pris le bus de nuit qui ne partait qu’à 23h), on a perdu tout le bénéfice 😏.

IMG_20170709_143555-986x1489

passage de frontière, avec Maëlys, pas en très grande forme….

Une bonne nuit, et on était à l’ouverture du consulat. A priori, tout est bon… enfin on espère…3 semaines à attendre pour avoir nos passeports …

Il fait chaud (25-30 degrés), humide, il pleut un peu tous les jours, pas de doute, on est de retour sous les tropiques et en saison des pluies!

Malgré le fait que le Costa Rica soit très americanisé, cela fait longtemps qu’on voulait y aller. On en avait beaucoup entendu parler (surtout au Guatemala) mais depuis la France, ca fait un long et cher voyage. Alors, ce tour du monde était l’occasion ou jamais. Le Costa Rica démilitarisé depuis 1949 , s’est donné comme objectif un bilan carbone négatif pour 2021 et a une biodiversité (faune et flore) ultra protégée. Autant de raisons qui semblent en faire un pays de sérénité et idéal avec des enfants (si on met de côté toutes les histoires de vol qu’on a entendues).

Le superbe 4*4 version playmobile récupéré, on est partis pour La Fortuna, 140 km au nord ouest de San José. On a eu du mal à savoir si le 4*4 était vraiment nécessaire… en tous cas, pour ce qu’on en a vu pour l’instant, que les routes soient goudronnées ou non, il est difficile de rouler à plus de 30-40 km/h (à part sur les quelques grands axes routiers).

1100051-1704x1278

On avait RDV avec la famille DEROO. C’est la 1ere famille qu’on avait rencontrée en Birmanie et avec qui on avait bien sympathisé. Ils finissaient leur tour du monde par le Costa Rica, alors on a eu envie de faire un bout de route ensemble (sur la partie nord ouest du pays) le temps de 2 semaines, en mode vraies vacances (avec des copains, et sans devoir !).

La météo a été capricieuse et le ciel chargé. Heureusement, on a eu une accalmie le jour où on a marché autour du volcan Arenal.

IMG_20170709_144111-1618x787

IMG_20170709_144703-1519x1140

Mais pour notre 1er jour dans la jungle costaricienne, on a été un peu déçus. On n’a vu qu’un petit serpent, un vautour a tête chauve, des araignées, des fourmis rouges et quelques papillons. Par contre, qu’est ce que la nature est bavarde (comme nous tous d’ailleurs).

Le volcan est considéré comme encore actif mais un peu endormi (la dernière éruption date de 2010). Du coup, il y a encore de la lave qui chauffe de nombreuses sources. On a testé un petit coin pas vraiment secret au bord de la route, sur le chemin du volcan.

1090826-1704x1278

Il y avait pas mal de locaux, c’était sympa même si moins agréable qu’en Bolivie, vu les températures extérieures (mais c était nettement plus facile de se déshabiller). Les enfants ont fait du «toboggan naturel»…et les culottes s’en souviennent!

On a quitté La Fortuna, un peu trop bruyante et fait le tour du lac pour rejoindre la région de Monteverde et le village de Santa Elena.

C’est la région la plus humide du pays où on trouve de belles «forêts de nuages», mais aucun sentier de rando gratuit (comme souvent au Costa Rica… tout est payant !).

IMG_20170710_170830-1620x1215

On a marché un peu plus de 2h dans la réserve de Santa Elena, plus petite mais plus tranquille que celle de Monteverde. La forêt est baignée dans la brume, ce qui donne une ambiance singulière. On n’a encore une fois pas vu beaucoup de faune à part un gros coati, et même pas entendu beaucoup d’oiseau, mais la forêt était vraiment belle, même si on a bien marché dans la boue.

La région s’est entièrement développée autour du tourisme à sensations. Alors, on n’a pas pu éviter le parcours de tyroliennes au dessus de la canopée, associé à des sauts dans le vide (même Yaël). Sensations fortes garanties : on a beaucoup crié mais bien rigolé tous ensemble, le tout dans de superbes décors.

1090883-1704x1278

4h de route plus à l’ouest, on a trouvé la côte pacifique sur la péninsule de Nicoya pour 10 jours. Et là, au paradis des surfeurs, il y a aussi une place et de belles vagues pour nos petits body boardeurs. On est loin du bleu pacific, le sable est plutôt gris marron (forcément, c’est quand même un pays volcanique), mais les côtes qu’on a vues étaient bien préservées.

On a commencé par 3 jours dans le petit village tranquille de playa grande où on a eu facilement accès aux belles plages de Mina et Conchal.

Puis, plus au sud et à peine plus développé, Samara, où certains ont pu s’essayer au surf (c’est apparemment le spot idéal pour débuter), pendant que d’autres foulaient la plage…

Les bungalows, sommaires mais directement sur la plage ont été bien appréciés, même si on a risqué notre vie de nombreuses fois avec les chutes de noix de coco !

IMG_20170716_235555

 

Et enfin Montezuma, une bourgade hippie chic tout au sud de la péninsule.

Pour y aller, on a voulu jouer aux aventuriers, on a pris la belle route côtière, jusqu’à ce qu’on se retrouve face au rio Ario… là… pas possible de passer ! Débit, profondeur, boue et même des crocodiles…

Heureusement, on a rencontré Ericson, un jeune costaricien du coin, qui nous a drivés à travers 6 passages de rios ! Sans son aide, c’était un petit détour de 6h de route…

1100057-1704x1278

IMG_20170718_172832-1499x966

La dernière traversée a été épique : ça avait l’air profond et la route qu’on voyait en face… ben en fait ce n’était pas celle là… la piste à prendre se trouvait environ à 150m à gauche en passant par la rivière 😮

Ericson a commencé par nous dire qu’il fallait rouler sur 50m tout droit, avant d’obliquer vers la piste en faisant attention à 2 trous près de la rive…

Avant  de nous dire  qu’il vallait mieux le faire en marche arrière à vitesse constante pour éviter que de l’eau s’infiltre dans la prise d’air (qui est sur l’avant du 4/4 !) et qu’il fallait se dépêcher car avec la pluie, l’eau montait…

On était vraiment perplexes (car si la voiture calait au milieu d’un cours d’eau… l’assurance ne prendra rien en charge… 😰). Notre bon samaritain avait vraiment l’air sûr de lui … et il a fini par conduire lui même les 2 voitures pour faire la manœuvre.

On a eu vraiment eu peur de laisser la voiture (et nous dedans) au milieu de la rivière et des crocodiles….mais c’est passé. 😓

Comme les vagues de Montezuma étaient un peu trop grosses pour notre niveau de surfeur débutant, on a préféré faire la balade de 14km AR le long des plages jusqu’à celle de Cocalitto : on y a vu quelques singes dans la forêt, des plages désertes, pleines de bois mort, mais aussi malheureusement pas mal de déchets ramenés par la mer.

IMG_20170718_171731-1591x1194

On a fait l’ excursion jusqu’à l’isla Tortuga, où on a été bien déçus par le snorkling (la visibilité était proche de 0 à cause des dernières pluies), mais on a vu des dauphins sur le retour qui nous ont fait de jolis claquements de queue…à défaut d’avoir vu les baleines qui commencent à arriver😏

Enfin, comme jusqu’à maintenant on trouvait qu’on n’avait pas vu des masses d’animaux, on a visité dans la chaleur humide, la réserve de Cabo Blanco. On pensait encore une fois en voir plus mais on a quand même eu l’occasion de voir des singes hurleurs, des capucins, un coati, et un fourmilier.

Et on doit bien avouer que pour ces 4 derniers jours, on s’est fait plaisir ; et on a loué une petite maison bien agréable :

Comme toute bonne chose a une fin, on a quitté la péninsule de Nicoya puis nos copains Deroo qui rentraient en France.

Encore merci à vous les copains pour tous ces bons moments de rigolade, de sensations fortes, de confidence, de workout, de bons repas préparés par Ben😉, le tout très simplement …