De Vang Vieng à Vientiane…avant Bangkok

Comme on ne voulait pas faire trop de km, on est restés sur le « circuit classique » en prenant notre temps, et du coup, on a continué notre route avec la famille Sauvage (pour le plus grand plaisir de tous), par la fameuse route 13 pour aller jusqu’à Vang Vieng:

30762263150_214df22923_k

Une route de montagne spectaculaire  qui descend jusqu’à un plateau parsemé de montagnes karstiques. Encore un bel endroit qui invite à la fois au repos et à la découverte.

campagne-environnante-9

campagne-environnante-7

La ville est un ancien haut lieu de la fête et de la débauche. Il en reste encore pas mal de stigmates, mais on a préféré aller de l’autre côté du pont en bambou, où l’ambiance est plus villageoise (on vieillit ????), dans une sympathique guesthouse avec un grand jardin fleuri et plein de recoins pour jouer (Maylin GH).

C’est aussi le lieu idéal pour faire tout un tas d’activités sportives (escalade, rando, vélo, parapente, kayak…), tout en profitant de paysages somptueux.

On a commencé par faire du vélo pour aller voir des cascades…

…puis du scooter pour faire un tour des villages et blue lagoon environnants. De belles aires de jeux où tout le monde s’est régalé. Le 1er était rempli de coréens mais ils nous ont bien fait rire en faisant de beaux sauts avec leurs gilets de sauvetage. Le 3è était plus tranquille mais bien aussi beau. C’est toujours aussi plaisant de se balader en scooter, vraiment la meilleure façon de profiter des paysages.

Et puis, on ne pouvait pas ne pas essayer le « tubing ». En gros, c’est de la descente de rivière dans de grosses bouées, sauf que nous, on a fait un petit circuit dans une grotte. C’était court mais sympa. On a fini la journée par la descente de la Namsong River en kayak, bien tranquille!

On a quitté la famille Sauvage avant de se retrouver pour un dernier repas à Vientiane.

Quelques jours passés ensemble bien chouettes, et très gais (:-)), comme diraient les belges et une petite semaine à Vang vieng bien tranquille, où on serait finalement bien restés plus longtemps.

coucher-de-soleil-sur-vang-vieng

A Vientiane, on a donc retrouvé la famille Sauvage dans une auberge de jeunesse où les filles étaient ravies de pouvoir écrire sur les murs! On a même dormi en dortoir comme quoi on n’est pas si vieux ^^.

Et comme on n’avait pas préparé la fin de notre séjour au Laos (probablement parce qu’on n’avait pas bien envie de quitter l’Asie), on n’a pas eu trop envie de rester à Vientiane. C’est une capitale qui est somme toute agréable (bien arborée, sans grand immeuble, et avec plein de beaux temples qu’on n’a pas pris le temps de visiter…) mais qui reste une grande ville…(et on n’est pas trop « ville ») .

Du coup, on est partis passer une nuit au petit village de Ban Na, à environ 80 km. C’est un village qui accueille parfois des touristes pour des treks (là, on était les seuls), mais comme les filles n’étaient pas très motivées, on ne les a pas poussées (histoire de ne pas gâcher la fin du séjour), et on est restés tranquilles autour du village qui est spécialisé dans le tissage et la vannerie (toutes les femmes du village sont à l’oeuvre).

On avait bien envie d’essayer de dormir au moins une fois par pays chez l’habitant.

Encore une fois, on a eu un super accueil (même si très sommaire) et ça a été l’occasion de partager de chouettes moments de vie :

dégustation d’alcool à 80° pour Téva, jeux avec les autres enfants pour les filles, petit dej au riz collant et noodles…

Le matin, on a accompagné la propriétaire au temple. Dans le village, il n’y a pas de procession, c’est les habitants qui se déplacent pour faire leurs offrandes (sticky rice, argent, biscuit…). Les coutumes bouddhistes nous laissent encore et toujours un peu perplexes… (on a aussi vu des moines regarder un match de boxe thai :-))

Comme il fallait bien quitter le Laos, on a pris un train de nuit pour Bangkok, encore une grande aventure pour les filles, et pour nous.

train-de-thanaleng-3

On a pris un pick up à Vientiane jusqu’à Thanaleng (environ 15km). Là, on a fait les formalités pour sortir du Laos, et comme on est arrivés après 16h, ils ont voulu nous faire payer 1dollar/pers (comme à l’entrée). Bien sûr que ce n’est pas grand chose, mais ce n’est absolument pas officiel (aucun papier d’affiché)! Du coup, comme on avait le temps, Téva n’a pas voulu payer par principe, et comme ils n’avaient aucune justification, ils ont fini par nous rendre nos passeports sans nous faire payer, et presque sans râler! (on est des lâches rien ????)

Après, on a dû prendre un train pendant 3km (les seules voies au Laos), pour traverser le pont de l’amitié, avant d’arriver en Thaïlande et de prendre le train de nuit (clim à fond bien sûr).

train-de-thanaleng-5

A la fenêtre du train, sur le pont de l’amitié séparant la Thaïlande et le Laos

Le Stop à Bangkok nous a permis de revoir l’adorable famille de canadiens rencontrés au nord de la Thaïlande (dans leur  jolie villa avec piscine; c’était juste parfait avant de reprendre l’avion ! :-)), et de faire quelques derniers achats.

Voilà, l’Asie, c’est déjà fini ! On serait bien restés un peu plus longtemps. On savait qu’on adorait (en plus c’est si facile et pas cher de voyager ici!), mais il y a tellement d’autres choses à voir, et les filles voulaient vraiment aller en Australie…et puis, du coup, on a quelques « RDV » pour la suite, alors on poursuit notre route …

On reviendra, c’est sûr, au moins pour le sud du Laos !

Ce qu’on a préféré :

  • La paisible campagne de Vang Vieng (se loger de l’autre coté du pont !)
  • Luang Prabang pour sa beauté mais pas pour son âme (vendue au tourisme)
  • Le Hilleside (une petite pause luxe :-))
  • La nuit chez l’habitant, pas très reposante mais une courte immersion laotienne plus profonde
  • Le temps passé avec les Sauvages (hi hi hi) !
  • Louer des scoots
  • les mangues

Ce qu’on a moins aimé :

  • Les coqs ! trop matinaux …

La saison : 

Idéale, aucun jour de pluie, chaud mais pas trop. Un peu moins concernant les prix parfois plus élevés car en « hight saison » (mais ça reste vraiment pas cher…).

Ce que ça nous a coûté:

1500 euros, soit environ 80e/j

(sachant que le budget journalier à Luang Prabang était le double qu’ailleurs au Laos…)

La descente du Mékong jusqu’à Luang Prabang

On aime bien traverser les frontières terrestres, mais parfois, ça tourne au commerce  organisé ????

En gros, depuis 2 ans environ, on ne traverse plus la frontière en bateau. Ils ont construit un magnifique pont mais un peu loin des villes frontières. C’est donc pour cela que :

– le bus que nous avons pris de Chiang rai pour 260 Bat (environ 6,5EUR pour 4) pendant 2h, nous a laissés sur le bord de la route.

– Là, un tuk tuk nous a emmenés au poste de frontière à seulement 5km pour 200 Bat.

– Et comme, on n’a pas le droit de traverser le pont à pieds (assez long ceci dit), on a dû prendre un bus pour 60 Bat. En arrivant au Laos, on a eu une pensée pour Isa, notre belle sœur laotienne.

– Pour le visa (mais ça on le savait), si tu arrives après 16h, tu payes 1dol de plus/visa, mais ce n’est pas officiel bien sûr.

– Et une fois au Laos, on est à 11km de la ville la plus proche Huay Xai, donc les tuk tuk qui attendent demandaient 300Bat pour le trajet (c’est à dire plus cher que le 1er bus de 2h). On a refusé et on est partis à pieds pensant un peu qu’ils nous rattraperaient en nous proposant des prix plus bas… Et comme ça n’a pas été le cas, ben, on a fait du stop. Et on n’a pas attendu bien longtemps pour qu’on nous propose de monter à l’arrière d’un pick up ! (heureusement car on se voyait mal faire les 11km à pieds avec les bagages). On a rencontré par la suite une jeune finlandaise qui avait fait la même chose mais qui n’a pas eu la même chance…les enfants, ça aide vraiment ????

Et le lendemain, on a pris un slow boat pour descendre le Mékong pendant 2 jours. Alors, comme ça, ça fait très « aventure », mais en fait, c’est un grand bateau rempli de 70 touristes (routards pour la plupart) et quelques locaux.

Les filles ont quand même trouvé quelques copines « autochtones » avec qui jouer. On y a aussi rencontré une sympathique famille belge « tourdumondiste » , la famille Sauvages (mais pas farouches  ????), avec 2 filles de 7 et 9 ans, Maëlle et Elia.

Les filles ont compris que quand elles rencontraient des copines, il ne fallait pas se tourner autour longtemps  car nos chemins finissent par se séparer. Elles ont donc rapidement fait connaissance et n’ont pas vu le trajet passer.

depart-en-slow-boat

Une bien belle descente, haute en couleurs, pas si bruyante finalement si on arrive à se mettre devant, et assez confortable (on avait lu qu’il fallait acheter des coussins car les sièges étaient en bois, mais sur notre bateau, il y avait des sièges de bus), au milieu d’une végétation très dense et verdoyante, légèrement montagnarde et de quelques villages. On a admiré le pilote qui a quand même manœuvré comme un chef entre les rochers, les troncs d’arbres, et les courants. On a aussi vu les speed boats conduits par des pilotes casqués (ça fait peur comme ils speedent !).

On prend toute la mesure du luxe du voyage au long cours avec la lenteur de la descente, et sur un fleuve mythique quand même. Mais on est aussi contents d’arriver le 2è jour.

p1000607-copier

p1000613-copier

Autre petite arnaque organisée (on l’avait aussi lu sur des blogs mais on espérait ne pas y avoir droit) : le bateau s’arrête le 2è jour à 10km de Luang Prabang en disant que c’est là qu’il faut descendre. Et on a eu beau tous dire qu’on voulait qu’ils nous emmènent jusqu’à la ville, on n’a pas eu le dernier mot. Très souriant le pilote a éteint le moteur et a attendu qu’on descende tous. Tout ça pour qu’on prenne des tuk tuk ! On va dire que c’est le partage du travail !!!

mekong

Luang Prabang (classée à l’UNESCO) tient toutes ses promesses : une jolie ville paisible, où on ressent bien la présence française passée (avec de nombreux écriteaux français et de bonnes boulangeries). Toutes les maisons sont très bien entretenues avec plein de plantes, des palmiers, des lampions, des écriteaux dorés sur panneaux en bois, un mélange de maisons laotiennes en bois et maisons françaises coloniales…Par contre, tout est plus cher qu’ailleurs en Asie du sud est (quand on louait un scooter 4/j ailleurs, ici c’est 13 ! Trop cher mon frère !)

La ville est assez magique comme sortie d’un autre temps, même si très (trop ?) touristique (on croise régulièrement des touristes, qui traquent les moines comme le feraient des paparazzis !)

On a pu appréhender la ville en vélo, et se promener autour des temples, dans les ruelles, au bord du Mékong et de la Nam Kham (rivière qui se jette dans le Mékong). On a trouvé un vélo avec porte bébé, Yaël était trop contente !

Une des spécificités de Luang Prabang est la grande concentration de temples et monastères dans la vieille ville. Il y a donc aussi beaucoup de moines en robe safran qui déambulent dans les rues, et qui ajoutent au décor une touche de sérénité.

On a retrouvé la famille Sauvage tourdumondiste pour quelques repas, et la visite du village de l’autre côté du Mékong. On a aussi partagé un tuk tuk pour aller aux magnifiques cascades de Kuang Si. A l’entrée, rien à voir avec les cascades, mais ce qui a ravi les filles, il y avait des ours noirs, qui auraient à priori, été sauvés des braconniers. On a eu du mal à partir, car en dehors du fait que le cadre est idyllique, la baignade n’était vraiment pas désagréable. Mais bon, comme dans beaucoup d’endroits, on a vu arriver beaucoup de monde dans l’après midi…

kuang-si-waterfall-5

kuang-si-waterfall-3

On est allés assister à la procession des moines le matin. Il s’agit d’une cérémonie, le Tak Bat, où les moines « défilent » dans la rue, pieds nus, pour recueillir les offrandes (du riz cuit) de la population. Par ce geste, ils réaffirment leur vœu d’humilité et pauvreté, et la population augmente son mérite spirituel. Quand il fait encore nuit, les locaux s’installent sur de petits tabourets en osier. A 6h, les gongs retentissent dans les temples et les moines sortent par groupe d’âge, en ligne, en silence. Cela se passe dans tout le pays, mais est particulièrement connu ici, à cause du nombre importants de moines, et du « décor » de la ville.

Il est vrai que c’était assez impressionnant, mais on a été hyper choqués par le manque de respect de nombreux touristes qui n’hésitaient pas à se coller aux moines (ou aux locaux) pour les prendre en photo, avec le flash. Il existe bien des règles (affichées partout) à respecter mais il semblerait que tout le monde ne se sente pas concerné. Il y a même des touristes qui se mêlent aux locaux pour donner du riz, prendre leur photo et s’en aller…Bref, on a trouvé cela très dommage et du coup, on n’est pas allés + loin dans la rue pour voir !

Pour info : http://www.luangprabang-laos.com/Regles-durant-la-quete-matinale

Nos photos ont été prises de l’autre côté de la rue, et franchement, on les trouve trèèèèès bien !

tak-bat-6

locaux qui attendent les moines pour faire leurs offrandes

tak-bat-18

Et dans les incontournables, on a bien sûr fait le marché de nuit, touristique…

night-market

…mais aussi le marché du matin, plus local, qui nous a bien plu par sa diversité. On a été impressionnés par leur imagination en matière culinaire (les filles en diront plus)!

insectes

On est loin d’avoir fait le tour de Luang Prabang (LP) mais on est tombés sur une chouette adresse à 13km au dessus de LP, dans la montagne (une bonne négociation en expliquant qu’on voyageait longtemps en famille avec un budget serré, nous a permis de nous offrir ce petit luxe pendant 2 nuits au hilleside- http://hillsidelaos.com/). L’idée était de faire une surprise aux filles avec une jolie piscine et un cadre juste superbe; et de pouvoir marcher un peu dans les villages alentours (une de nos occupations préférées en voyage).

On y a encore découvert un petit coin de paradis, et des cascades qui ont été aménagées depuis 2 mois (Nahm dong). Loin des touristes des cascades plus connues, moins grandioses quand même mais vraiment chouettes…On est revenus par les villages et les rizières, l’occasion de voir  la récolte de près (et essayer :-), pas facile d’ailleurs), et de trouver un superbe accueil et sourire des villageois.

nam-dong-waterfall-5

nam-dong-waterfall-15