Les traditions

Loin de prétendre connaître tous les secrets de Lifou, on est séduits par la gentillesse et le mode de vie des mélanésiens sur cette petite île. Plusieurs nous ont dit que c’était particulier aux îles loyautés.

80% des habitants ont une activité non salariale, sans pour autant toucher le chômage, quasi inexistant ici. Après, quand on discute un peu, la vie en tribu est parfois un peu pesante pour les jeunes notamment (société qui demande beaucoup d’entraides, travail commun comme la fabrication des cases, travail aux champs).

Il faut dire que les coutumes et traditions sont très présentes. La coutume est d’ailleurs un réel acte où on offre un morceau tissu (le manou) avec +/- de l’argent dedans, toujours accompagné d’un discours (c’est un peuple de la parole!), lors de cérémonies de mariage, d’enterrement, du chef, ou simplement une invitation ou une demande.

On a eu l’énorme chance d’assister à la passation de pouvoir d’un des grands chefs (forcément, ça n’arrive que tous les 30-50 ans, vu que c’est de père en fils; et le fait d’être en public ne date que de 1999!). Une belle cérémonie, avec chants et danses devant le nouveau chef.

Il y a aussi eu plusieurs discours d’officiels (nombreux, car c’est un événement pour la Calédonie). De très beaux discours, qui nous en ont appris un peu plus sur les traditions des anciens, mais aussi sur les difficultés de la société avec une partie de la jeunesse calédonienne qui vit une espèce de schizophrénie entre les traditions et le 2.0 de la société youtube… Plusieurs officiels du caillou (la grande terre) ont cité Lifou comme exemple de solidarité, et qui a su (pour l’instant) conserver ses traditions !

A la fin de la cérémonie, les enfants ont été invités à aller tous manger ensemble, et il y avait un bougna géant pour tout le monde. Ils nous ont du coup invités à manger avec eux.

Comme  le repas des enfants avait des airs de kermesse d’école, Rachel a donné un petit coup de main 🙂

Un aperçu en une courte vidéo :

On a aussi assisté à un petit « festival » qui organisait en plus de concerts, pièces de théâtre et concours en tous genres, la journée du patrimoine avec encore plein de danses traditionnelles.

L’île a su se préserver du tourisme. Ils prônent un tourisme responsable et respectueux de l’environnement…. Ici malgré la beauté des plages, pas de complexe hôtelier (seul un hôtel 3 étoiles dans la baie de Chateaubriand, petits bungalows intégrés), mais surtout de l’accueil en tribu… Le premier complexe « Hilton » devrait voir le jour en 2018 et avoir de sacrées contraintes pour fonctionner. les habitants auraient pu se précipiter sur les montagnes de dollars que les proches touristes Australiens (et autres) pourraient dépenser ici, mais fiers de leurs cultures et traditions, ils ont choisi une autre voie…

Notre petite vie sur Drehu (Lifou)

Notre petite vie s’organise tranquillement. Tev est bien occupé à son travail de super papa et la gestion de la maison. La bibliothèque est devenue l’annexe de la maison (bien pratique quand il pleut car on a connu nos 1ères vraies pluies tropicales pendant toute une journée, avec la chaleur qui est bien arrivée). Ici, c’est encore les grandes vacances, alors faut bien s’occuper, après les devoirs….

pluie-tropicale

L’avantage de vivre près du dispensaire, c’est qu’il y a toujours quelqu’un parmi les infirmières, médecins, sage femme ou conjoint, de dispo pour accompagner en balade ou faire des jeux.

cap-des-pins-3

On part aussi ensemble juste l’am lors des repos d’astreinte ou les we… le décor reste paradisiaque…

sauts-a-drehulu-avec-ihmana

Plage de Drueulu

kiki-beach-7

Le rythme au dispensaire est agréable, il y a du monde, sans débordement. Et les patients sont vraiment gentils et respectueux.

Le dispensaire a été rénové il y a 4 ans. Il a une salle d’urgence (un vrai petit déchocage), 5 lits d’hospitalisations et des bureaux de consultations, qui sont gérés par 3 médecins. Le truc drôle, c’est que c’est les médecins qui s’improvisent manip radios avec une formation express (par un autre médecin) et un guide papier. Beaucoup de consultations sont gérées par les infirmières.

Il y a aussi 3 sages-femmes qui gèrent toute la gynéco et le suivi de grossesse. A 1 mois de l’accouchement, les femmes vont sur Nouméa, restent dans leur famille ou dans un service si elles n’en ont pas. C’est toute une organisation ! Les bilans biologiques partent avec les avions pour Nouméa et les résultats sont disponibles en fin de journée ou le lendemain…..faut pas être pressé…😏

Il y a aussi un jardin de plantes médicinales traditionnelles, que les aides-soignantes connaissent bien.

Avec tout ça, on peut traiter « la gratte » (due à la ciguatera), les brûlures, la varicelle, le rhume… Et il y en a aussi qui traitent les problèmes mystiques…. Il y a pas mal de croyances ! Notamment celle des lutins dans la forêt qui parfois retiennent des gens.… et celle des lieux tabous, où il ne faut pas aller, au risque justement d’être retenu par les lutins (des grottes).

article-journal

J’ai fini l’année « en beauté » quand même, en sortant en SMUR sur une attaque de requin ! Il n’y en avait pas eu depuis 10 ans sur Lifou ! Ca a été folklo car c’était un pêcheur, mordu à la jambe, qui a réussi à revenir sur les berges. Sauf qu’il n’y avait pas de plage, juste des falaises, de la forêt et un chemin de brousse. Heureusement pour lui, des jeunes avaient alerté la tribu. Et quand nous sommes arrivés aux falaises, une vingtaine d’hommes l’avaient remonté, mis sur un super brancard de fortune, et comprimé les plaies en plus de leur garrot. Le patient va s’en sortir et garder sa jambe, mais ça a été une sacrée expédition de plus d’une heure  à travers la forêt, en tongues car partie trop vite (les jeunes débroussaillaient la forêt pour nous faire un passage) ! Quand je leur ai demandé quel type de requin c’était, ils m’ont répondu: « un requin batard »! On a quand même rigolé mais il semblerait que ce soit un petit requin tigre…. Ca nous a un peu refroidi..😁

alerte-tsunami

 

L’île est en zone à risque de Tsunami (il y a 1 alerte/an mais il n’y en a jamais eu de vrai), mais on a des consignes, et des cabanes sur la colline où se réfugier…on espère quand même ne pas en avoir besoin ! On vit vraiment dangereusement ! 🙂

 

 

 

Autrement, côté population :

L’alcool, comme sur beaucoup d’îles est bien appréciée, par les hommes mais aussi les femmes. C’est presque un fléau, mais qui semble commencé à être pris en compte par les autorités. On en voit quand même régulièrement boire en conduisant…heureusement qu’ils ne sont pas nombreux sur les routes !

Ici, les gens vivent en tribu, il y a 3 chefs et beaucoup de coutumes. Par contre, contrairement à Mayotte, ils parlent tous très bien français (en plus du drehu). Les femmes sont toutes bien obèses (même si elles font toutes le régime 😏), mais très élégantes avec de jolies robes colorées. Elles ont aussi souvent des fleurs  dans les cheveux (comme certains hommes) et rigolent tout le temps (surtout quand on prononce mal leur nom).

La majorité de la population est protestante. Les temples sont simples mais « éblouissants » et les  cimetières colorés ; mais on voit aussi souvent des tombes dans les jardins des maisons!

Pendant les vacances et souvent les we, chaque tribu organise des jeux et des tournois de toutes sortes (criquet, volley, pétanque…), entre jeunes et adultes. Et pendant que les femmes jouent, les hommes préparent à manger; et vis versa le lendemain. C’est un chouette moment de rassemblement, où tous participent vraiment avec joie!

Lifou n’est pas touristique sauf quand les australiens débarquent de leur bateau de croisière. Leurs visites sont super bien organisées et timées, c’est impressionnant sur cette petite île. Chaque tribu contribue aux visites.

case-du-grand-chefOn voulait visiter la case de la grande chefferie de Hnathalo, et on s’est retrouvé avec un groupe qui assistait à la préparation d’un bougna (plat traditionnel à base de viande, coco, pommes de terre, igname dans des feuilles de bananier, cuit sur la braise, et recouvert de terre). Les dames de la tribu nous ont gentiment pris à part et proposé de venir manger avec elles quand les australiens seraient partis. On a eu droit, comme eux, à la noix de coco, et on est même repartis avec une papaye!