North Island

ferry (1)

On a pris le ferry à Picton pour rejoindre l’île du nord. Ca a été finalement une mini croisière de 3h très sympathique : on a mis plus d’une heure à quitter les montagnes environnantes des fiords de Marlborough Sounds sur une mer d’huile. Les filles ont surtout adoré les dessins animés et les jeux que la compagnie du ferry leur a distribués mais bon …😋

Comme on est arrivés à la nuit tombée à Wellington, on a choisi la facilité, on s’est posés sur le seul endroit autorisé pour les vans NSC, c’est-à-dire un parking face au musée qu’on allait voir le lendemain. Et là, on a cru qu’on avait droit à un 2ème cyclone. Mais non, c’était juste des bourrasques de vent à au moins 100 km/h. Autant dire qu’on a été bien secoués toute la nuit (mais les filles ont dormi comme des loirs, elles !).

Wellington a été élue il y a quelques années par le lonely planet, ville la plus cool de la terre. Mais vu le vent, habituel à priori, on n’a pas pris le temps de prendre la mesure de la «cool attitude».

Wellington (2)

On a juste visité le TE PAPA, un beau musée, varié, interactif, ludique et gratuit. Les filles se sont régalées ..!

Puis, on a poursuivit notre route le long de la côte ouest, toujours très ventée. La conduitie était bien fatigante et un peu stressante.

Le lendemain, on a rejoint des copains à Turangi, dans le centre de l’île. Emma (infirmière) et Paul faisaient partis des « grands copains des filles » de Lifou. Ce sont des jeunes de 25 ans (punaise ça fait mal à dire ^^) qui ont acheté un break aménagé et qui ont prévu de ramasser des kiwis avant de partir voyager, comme beaucoup ici. Ils ont fait un petit détour pour nous rejoindre quelques jours, et on a réussi à les amadouer pour qu’ils refassent la Tongariro alpine crossing avec nous. Elle est réputée pour être une des plus belle rando de NZ, si ce n’est LA plus belle, mais aussi pas évidente. On voulait vraiment la faire, on savait les filles capables, mais c’est toujours tellement plus facile avec des copains qu’avec seulement leurs vieux parents 😏.

P1070360 (Copier)

Paysage lunaire au pied des volcans

Après une petite mise en jambes la veille, jusqu’aux belles chutes de Taranaki, on est partis de Mangatepopo, équipés de récompenses (comprenez «bonbons») pour 7h de marche et 800m de dénivelé. On a décidé de faire l’AR depuis le sommet car on nous a dit que la 2e partie était moins intéressante.

Tongariro Alpine crossing (4)

Au pied de la montagne du destin

Emerald lakes

Emerald lakes

red crater (2)

Red crater

blue lake

Blue lake et le lac Taupo

En fait, il s’agit d’une rando qui contourne un volcan « la montagne du destin » pour les connaisseurs du «Seigneur des anneaux», et qui permet aussi de voir un magnifique cratère rouge, des geysers au loin et des lacs d’une couleur incroyable …!

Tout le monde a adoré, même les filles ! En plus, on n’a mis que 5h30 (on doit bien dire qu’on est très fiers d’elles) ! Après, il faut aussi préciser que le chemin est bien aménagé, avec caillebotis et marches sur certaines parties. Sur l’aller, c’était même quasi « l’autoroute » tellement il y avait de monde.

On avait rencontré la veille une famille «tourdumondiste», la famille Farré, avec qui on a aussi fait toute la rando. C’était une chouette rencontre qu’on n’a pu prolonger car on allait chacun dans le sens opposé. Ils ont un très beau (et très pro) blog si ca vous intéresse : http://www.farreway.com

DCIM100MEDIADJI_0058.JPG

« Vus du ciel » avec Emma, Paul et la famille Farré

Le lendemain, comme on l’avait bien mérité, on a cuit et ramolli un peu plus d’une heure dans une piscine d’eau chaude naturelle avant de quitter Emma et Paul. Et comme dans la région, il y a vraiment beaucoup de sources d’eau chaude, on a pris un petit bain chaud à plus de 40° tous les jours, en mode spa gratos.

On a poursuivit notre périple néo-zélandais par la région de Rotorua. C’est une région volcanique où l’activité géothermique est très présente. Où que l’on soit, ça sent l’œuf pourri du soufre, et on peut voir des fumeroles un peu partout, dans les jardins ou les champs.

A Rotorua même, ça fume de partout :

Dans la réserve de Wai-O-Tapu, on a pu y voir la puissance de la nature avec des geysers, des piscines de boue bouillonnantes…

et d’autres piscines aux couleurs extraordinaires, toutes plus chargées en minéraux les unes que les autres (soufre, or, arsenic, antimoine, oxyde de carbone, silice…) :

On a ensuite été accueillis par les chaleureux Jeff et Jeanette. Nous avions posté notre parcours sur couchsurfing, et ce sont eux qui nous invités chez eux. A noter qu’en NZ, ce sont les seuls ! Ca a été une fois de plus pour nous l’occasion de faire une quiche (en plus, maintenant Téva maîtrise parfaitement la pâte brisée « maison ») ; on n’est pas très originaux, mais c’est vite fait et toujours bien apprécié. On avait proposé de dormir dans notre van, mais on a même eu droit «au cottage», près de leur mini ferme qui a bien sûr ravi les filles.

Et comme il parait que la NZ n’est pas la NZ sans pluie, on a fini notre séjour comme on l’a commencé, sous les gouttes. On s’est alors dit qu’on allait aller voir les Waitomo caves, un des soit disant incontournables de NZ. On a trouvé que c’était surtout un «attrape touristes». On y allait essentiellement pour voir des milliers de vers luisants dans une grotte. En fait, on a payé cher pour visiter une grotte qui n’a rien d’extraordinaire (surtout après avoir vu la très préservée grotte de Lifou!), pendant 40 min, et voir les vers luisants 5 min sur une barque à la fin. On n’a même pas de photo à vous montrer car c’était bien sûr interdit de prendre des photos ! Mais c’est vrai que le court moment avec les vers luisants était «féerique», un peu comme s’ils avaient collé des étoiles de nature et découverte au plafond 😏 (ok, je sors…)

Et puis, quitte à passer une journée «moyenne», on a fini par la quoter «pourrie» : Tev a éclaté  la vitre arrière du van en reculant dans une cage en ferraille….c’est ballot, juste la veille du départ….

Heureusement, notre dernière nuit n’a pas été fraiche !

Customisation du van…

Comme on s’est découvert des talents, on vous propose notre dernière création. Même si ce n’est pas vrai (qu’on est de bons danseurs), on s’est bien amusés à la faire, et chacun a donné ses idées (très élaborées🙃) de chorégraphie!!!

——————-

Ce qu’on a préféré :

  • Les animaux sauvages : pingouins, otaries, lions de mer, keas…
  • Les paysages montagneux et côtiers, mais surtout le lac Pukaki au sud et le Tongariro au nord
  • Les sources d’eau chaude naturelles dans la région de Rotorua
  • Le road trip en campervan même si avec ce mode de voyage, forcément, on rencontre moins «d’autochtones»
  • Mais heureusement, on a eu 3 hôtes très chaleureuses, encore merci aux familles de Cécile, Honey et Jeanette!!!!
  • Les superbes aires de jeux

Ce qu’on a moins aimé :

  • Le froid dans l’île du sud surtout (heureusement, on a acheté des bouillottes !)
  • Les sandflys, c’est un truc de fou ça!
  • La mentalité «neighbour watch» qu’on n’a pas trop ressentie mais dont on nous a souvent parlé avec la dénonciation facile (du coup, on n’osait pas faire pipi dans la nature…ou très rapidement🙃)
  • On n’a pas vraiment vu la culture maorie, à part des panneaux écrits en anglais/maori..après, on n’a pas beaucoup cherché (on n’a pas visité de village folklorique).
  • Malgré une propreté impeccable de la nature, la conscience écologique ne semble étonnamment pas très présente : distribution de sacs plastiques à gogo dans les magasins, tri loin d’être systématique, surtout dans l’île du sud, maisons très mal isolées…
  • Peu de possibilité de couchsurfing. On a envoyé une vingtaine de demandes, en précisant qu’on pouvait dormir dans notre van, que c’était juste pour partager un repas ; et soit on n’a pas eu de réponse, soit des refus…pas si friendly que ça les NZ, en tous cas, pas autant que les australiens, c’est sûr..

La saison :

Finalement, on trouve que la saison est bien, même si on a eu particulièrement de la chance pour la météo (on aura eu au total 4 petits jours de pluie sur un mois). Bien sûr, il fait plus froid qu’en été, mais il y a beaucoup moins de monde (déjà que c’est très très touristique), pas besoin de réserver quoi que ce soit, les locations de van sont bien moins chères (plus de la moitié moins chère), et les couleurs d’automne sont superbes.
Et peut-être qu’il y a moins de sandflys…?

Ce que ça nous a coûté : cher !!!

Et pourtant, on a fait peu d’activités payantes. Mais l’essence comme la moindre visite coûtent chères et vu le nombre de touristes, ils ne cherchent pas du tout à être «arrangeants», même en basse saison.

Environ 5 000€, soit 161€/j (vol d’Auckland à Christchurch et van compris).

Bien sûr, à cela il faut rajouter le vol supplémentaire racheté à cause du cyclone, et les frais de «bris de glace» (on attend la sentence, et  de voir si l’assurance peut servir à quelque chose) mais on va dire que ça fait parti des risques du voyage….